Au fil des marques » Mes arrivages » Réussir un entretien (Partie 1/2)

Réussir un entretien (Partie 1/2)


It is time for a new job!

Passer un entretien d’embauche n’est jamais facile. On ne sait pas toujours par où commencer… Le stress peut aussi s’inviter à la « fête » et tout gâcher… Dans le sport on dit qu’on ne sait jamais le résultat d’une course tant que la ligne n’est pas franchie. Pour un entretien, c’est pareil ! Mais, comme dans le sport, au mieux on s’y prépare, au plus on a de chance de réussir !

 


Une première étape… le CV !

Job interview

Très souvent, l’entretien d’embauche découle d’un CV convaincant

Très souvent, l’entretien d’embauche découle d’un CV convaincant. C’est au travers de celui-ci que l’employeur va pouvoir se faire une idée sur les compétences des différents demandeurs d’emploi. Il pourra ainsi faire une pré-sélection de personnes qui, sur le papier, ont les compétences requises et correspondent au poste demandé.

Un CV mal rempli, mal présenté ou rempli de fautes d’orthographe sera automatiquement rejeté. On peut considérer que le CV est la première pierre de l’édifice ! C’est donc par là qu’il faut commencer !

Pour qu’un CV soit lu attentivement, faites-le structuré, précis et concis. Dans l’idéal, vos compétences doivent tenir sur une seule page. Il faut que votre lecteur puisse voir en un coup d’œil que vous sortez du lot et que vous êtes la personne qui lui faut.

Certaines personnes ont de multiples aptitudes dans différents domaines mais tout leur savoir ne tient pas en une seule page. Dans ce cas-là, il faut faire le « tri » de vos compétences. Pas la peine de mentionner que vous avez fait du babysitting si vous postulez pour un travail dans l’informatique…

A vous de comprendre la demande de l’employeur et de mettre en valeur vos compétences qui correspondent à la demande. N’oubliez pas de mentionner vos moyens de locomotion, hobbies et atouts de caractère. Ceci pourra faire pencher la balance de votre côté !

Si vous ne savez pas comment mettre en page un CV, demandez conseil à un proche ou regardez des exemples sur internet !


Se renseigner sur l’entreprise avant votre rendez-vous

Searching On Internet Concept, Magnifier On Computer Keyboard

L’employeur peut, pour vous tester, vous poser des questions sur son entreprise. A vous de sortir du lot en sachant y répondre.

Votre CV a tapé dans l’œil de l’employeur, banco, première étape validée. Il faut maintenant passer (et réussir) la deuxième étape qui n’est pas des moindre ! Il est temps de faire face à votre (peut-être) futur patron ! Mais attention, si vous voulez mettre toutes les chances de votre côté, préparez votre entretien. Y aller « au talent » peut fonctionner mais c’est prendre de gros risques. Il est préférable d’anticiper d’éventuels moments déstabilisants.

Dans un premier temps, renseignez-vous sur l’entreprise dans laquelle vous postulez. Connaissez son histoire, le nombre d’employés, son chiffre d’affaire, sa philosophie, etc… autant de renseignements qui à tout moment de l’entretien pourront être ressortis pour montrer que cette entreprise vous intéresse vraiment et que vous n’êtes pas là par hasard.

De plus, l’employeur peut, pour vous tester, vous poser des questions sur son entreprise. A vous de sortir du lot en sachant y répondre.

ATTENTION aux réseaux sociaux ! Sachez que si vous pouvez trouver des renseignements sur une personne ou une entreprise, celle-ci peut également trouver des informations sur vous ! Libre à vous d’exposer votre vie privée au monde entier mais sachez que vos futurs employeurs sont aussi présents sur les réseaux !

Des photos ou post ne renvoyant pas une bonne image de vous pourraient vous jouer des tours… Je vous préconise donc de mettre vos réseaux sociaux en mode « privé » afin d’avoir un contrôle sur les personnes pouvant voir votre profil et mieux encore, ne pas divulguer votre vie privée sur la toile.

Avec un bon CV et une bonne recherche sur l’entreprise convoitée, les fondations de votre construction seront solides. Vous pourrez passer aux étapes suivantes qui vous amèneront à la réussite.

C’est ce que nous découvrirons dans la prochaine partie de cet article !


Les dernières perfs de Sandie Clair (*)

Une semaine seulement après les championnats d’Europe, la championne française Sandie Claire est repartie en Pologne (à Pruszkow près de Varsovie) puis en Angleterre (à Manchester) pour disputer les 2 premières manches de la coupe du monde qui se sont déroulées à une semaine d’intervalle. Sandie Claire raconte :  »  Sur la première coupe du monde (à Varsovie) j’étais engagée sur la vitesse par équipe, la vitesse individuelle et le keirin. Malheureusement, je suis tombée malade les jours précédents la compétition. Affaiblie, nous (avec les entraineurs) avons décidé que je m’alignerai uniquement sur la vitesse par équipe (l’objectif principal). Nous terminons 6ème. »

La semaine suivante, notre championne enchaine avec la 2e manche de la coupe du monde à Manchester. : « Il était prévu que je fasse la vitesse par équipe, la vitesse individuelle et le keirin. Ma coéquipière s’étant luxé l’épaule sur la 1ère manche, nous n’avons pas pu aligner l’équipe… Je n’ai donc participé qu’aux épreuves individuelles. Je fais mon meilleur chrono de la saison en qualifications mais beaucoup d’erreurs tactiques en match (lors des confrontations) ce qui me coute beaucoup puisque je me suis faite éliminée rapidement…« 

Sandie Claire retiens du positif pour cette Coupe du Monde, car les chronos s’améliorent et les sensations sont bonnes.  La voici déjà en préparation active pour les prochains rendez-vous, sur les prochaines courses en janvier 2018, d’ici quelques jours !

Thomas Maheux

Crédit photo Thomas Maheux

(*) Sandie Clair, championne cycliste internationale, multi médaillée mondiale et européenne sur piste, fait partie de l’équipe de France féminine. Elle a participé aux Jeux Olympiques de Rio en août 2016. Elle collabore à Au Fil des Marques dans le cadre d’un pacte de Performance signé en 2015 entre Au Fil des Marques et le ministère des Sports.  Ce contrat fut initié à l’INSEP en présence du président de la République de l’époque, François Hollande, et Thierry Braillard, alors secrétaire d’Etat aux Sports.

 

 




Retour a la page precedente