Au fil des marques » Mes arrivages » Contrat Gagnant : Au Fil des Marques signe la Convention Etat-Entreprise-Sportif de haut niveau

Contrat Gagnant : Au Fil des Marques signe la Convention Etat-Entreprise-Sportif de haut niveau


runner start runway 2015

Mardi 2 décembre,  dans l’enceinte de l’INSEP (Institut National du Sport, de l’Expertise et de la Performance) en présence du président de la République, François Hollande et de Thierry Braillard, Secrétaire d’Etat aux Sports a eu lieu le coup d’envoi officiel de la convention cadre relative à la professionnalisation des sportifs de haut niveau.

Accueilli par M. Jean-Pierre Vincenzi, directeur général de l’INSEP et en présence également de Denis Masseglia, président du Comité National Olympique et Sportif Français et Emanuelle Assmann présidente du Comité Paralympique et Sportif Français, le Chef de l’Etat a dévoilé les grands axes de ce qui peut être considéré comme une véritable révolution dans le domaine des relations entre les Pouvoirs Publics, les entreprises et les sportifs de haut niveau.

 


 

photo (1)

Le Chef de l’Etat, François Hollande et Thierry Braillard, secrétaire d’Etat à la Jeunesse et aux Sports aux côtés des sportifs de haut niveau et des responsables d’entreprise (dont Chadhia Benkrima, 2e rang à gauche sur notre photo), premiers signataires du Contrat Gagnant.

Le Contrat Gagnant : un contrat de performance

Au Fil des Marques - représenté par Chadhia Benkrima, Directrice Générale et Hugo Rouillon, Chargé de Projet au sein de l’entreprise - était au cœur de l’événement en tant que partenaire et signataire de cette convention. Une convention baptisée « Contrat Gagnant » et qui selon les termes de François Hollande est un « contrat de réussite pour les sportifs de haut niveau ».

Au-delà du simple sponsoring, c’est un « pacte de performance qui est engagé » devait souligner le président de la République précisant que sous la forme d’une convention cadre, c’était pour le sport de haut niveau «  la garanti d’une formation, d’une insertion et d’une reconversion professionnelle correspondant à leurs capacités et leurs aspirations ».

 


 

Une club qui rassemble des PME comme Au Fil des Marques et de grands Groupes

IMG_2494

Chadhia Benkrima, en discussion avec François Hollande à l’INSEP, Mardi 2 décembre 2014

Du côté des entreprises, ce pacte est aussi salué comme un formidable « levier de performance » : « Recruter un sportif de haut niveau dans une entreprise, c’est l’assurance d’avoir un salarié exceptionnel, et une chance pour l’entreprise d’avoir envie de gagner et de trouver là la capacité de se dépasser», a expliqué encore le président de la République qui au cours d’un échange avec Chadhia Benkrima (voir photo) se félicitait de voir également de jeunes PME tel qu’Au Fil des Marques s’engager au côté de grands groupes présents (Vinci, Vivendi… ) sur la voie de l’aide au sportif de haut niveau.

Selon Chadhia Benkrima, c’est une satisfaction de voir une PME comme Au Fil des Marques s’engager dans cette démarche :  » Cette démarche est innovante pour nous, car nous voyons bien que peu de PME font parties des entreprises signataires de la convention et il s’agit principalement de grandes entreprises. Innovante aussi pour l’Etat car jamais celui-ci n’a fait tant d’efforts pour assurer la reconversion des sportifs de haut niveau ; ces femmes et ces hommes contribuent tout autant que les entreprises au rayonnement de la France dans le monde.  Nous avons déjà deux sportifs de haut niveau dans l’entreprise et ils insufflent – grâce à leurs qualités intrinsèques et leur expérience – des valeurs nobles dans l’entreprise. Nous souhaitons donc naturellement poursuivre dans cette voie. Dans notre cas, ce projet rentre parfaitement dans le cadre de notre politique de communication et de développement autour du sport » a expliqué la Directrice Générale de Au Fil des Marques avant de dévoiler les prochaines étapes pour l’entreprise sur ce dossier :  « Nous allons, avec l’aide du Ministère de le Ville, de la Jeunesse et des Sports, commencer à étudier les profils des sportifs en fonction de leurs aspirations et de nos besoins. Nous devrions en rencontrer très prochainement et sommes impatient de faire leur connaissance. « 

 

 


 

Une dynamique positive pour le monde de l’entreprise

Voilà donc un échange gagnant-gagnant garanti par une aide juridique et logistique de l’Etat. ce que rappelait encore de son côté Thierry Braillard. D’ailleurs, le secrétaire d’Etat à la Jeunesse et aux Sports - à l’initiative de ce programme ambitieux – a indiqué que ses services n’entendaient pas en rester là puisqu’ils travaillaient actuellement sur l’élaboration d’un vrai Statut du Sportif. Un cadre juridique en préparation et qui d’ici quelques mois pourrait faire son entrée dans le Code du Travail.

Au cours d’une discussion avec Chadhia Benkrima et Hugo Rouillon, Thierry Braillard devait d’ailleurs insister sur les besoins des sportifs de haut niveau à trouver l’indispensable sécurité professionnelle pour accomplir pleinement leur parcours d’athlète de haute compétition.

On comprend la satisfaction pleine et entière des sportifs de haut niveau, présents en nombre pour ces premières signatures.   Avec leur contrat, ils pourront ainsi préparer en toute sérénité les Jeux Olympiques et paralympiques de Rio en 2016 et poursuivre l’insertion et la reconversion professionnelle auprès de leur entreprise.

Une bouffée d’oxygène très attendue et dont  se félicite Hugo Rouillon, qui en tant que sportif de haut niveau (golf) évoque lui aussi le potentiel formidable que recèle cette échange entre le monde de l’entreprise – celui d’Au Fil des Marques – et les Champions : « Tout d’abord le but est d’afficher notre soutien aux sportifs de haut niveau. Cela fait partie de la culture d’Au Fil des Marques. Des valeurs et un encrage profond qui font parties de notre paysage depuis 25 ans. Pouvoir s’associer au sport de très haut niveau, c’est quelque chose de fantastique pour notre image. Je suis également persuadé que le fait d’intégrer ces champions au cœur de nos effectifs va créer une dynamique très positive. La pratique du sport de haut niveau et la réussite professionnelle doivent pouvoir coexister. Nos perspectives sont de travailler tous, main dans la main, pour atteindre nos objectifs sans oublier la réussite individuelle et le bien être de chacun. Faire appel à de nouvelles compétences, trouver de nouveaux leviers de croissances… et développer encore plus notre leadership grâce à notre perpétuelle envie d’innover et d’entreprendre. »

 


 

Les engagement en détails du « Contrat Gagnant »

IMG_2499

Thierry Braillard, secrétaire dEtat chargé de la Jeunesse et des Sports, évoque avec Hugo Rouillon, et Chadhia Benkrima les enjeux du Contrat Gagnant

L’Etat : Lorsqu’une entreprise choisit d’accompagner un sportif de haut niveau, l’Etat s’engage à assurer leur mise en relation, à mettre en place des outils adaptés pour valoriser son action. Il s’engage à la soutenir financièrement et à l’accompagner dans son développement. L’Etat s’engage à verser une aide financière à l’entreprise au moment de la signature du contrat avec le sportif.

Le sportif : Il apporte ses compétences, ses qualités ainsi que son image. Il peut préparer grâce à l’entreprise dans les meilleures conditions les plus grandes compétitions notamment les JO et Paralympiques de Rio tout en anticipant un avenir post carrière.

L’entreprise : L’entreprise propose un contrat de travail avec un aménagement du temps de travail pour le sportif qui lui permet de pratiquer sa discipline. Elle peut mettre en place avec lui un contrat de prestation d’image accompagnée d’une clause relative à l’insertion professionnelle.

 


 

Des témoignages pour expliquer les difficultés

fencingTous les grands sportifs n’ont pas les salaires des footballeurs, loin de là. De nombreux champions internationaux témoignent de la difficulté de conjuguer de front et dans les meilleures conditions carrière sportive et vie professionnelle. Parce qu’ils pratiquent une discipline peu médiatique en dehors des grands événements sportifs tel que les JO, ils peinent à trouver l’équilibre nécessaire entre pratique intensive du sport et vie professionnelle. Pour eux, ce « Contrat Gagnant » nouvellement mis en place par l’Etat avec des entreprises comme Au Fil des Marques est une véritable bouffée d’oxygène.

Témoignages d’athlètes rencontrés à l’INSEP …

> Charles Rozoy, Champion paralympique handisport 

 « Bénéficier d’un contrat de travail avec un aménagement d’horaires dans une entreprise nous procure une réelle sérénité. Le salaire perçu permet d’avoir l’esprit libre pour pouvoir s’entrainer correctement et la reconversion est assurée grâce à un travail adapté à notre profil.« 

> Mélina Robert-Michon, Vice-Championne du monde du lancer de disque 

« Intégrer une entreprise est un excellent moyen de garder contact avec la réalité. On est souvent à 100% dans notre bulle de sportif et il est primordial d’avoir une tranquillité face à l’avenir « 

> Hugo Biso, champion du monde de canoë-Kayak slalom par équipe

« Le double projet est essentiel pour la réussite de la vie d’athlète. Ce type de contrat est idéal pour commencer à s’insérer dans le monde de l’entreprise »

> Cécilia Berder, vice-championne du monde d’escrime

« J’aime la notion de challenge. Pourvoir intégrer une entreprise est une véritable opportunité pour mon avenir professionnel. Je continue mes défis sportifs tout en gagnant de l’expérience au sein d »une entreprise et qui comprend mon double projet»




Retour a la page precedente